L’histoire de La Maison Oscar Heyman & Bros se dévoile au fil d’un Beau Livre au Musée des Beaux-Arts de Boston

L’histoire de La Maison Oscar Heyman & Bros se dévoile au fil d’un Beau Livre au Musée des Beaux-Arts de Boston

Actualité bijoux – D’ exceptionnels bijoux ornementaux  en platine sertis de gemmes éblouissantes dont de remarquables spahirs trapézoïdaux; de précieux bijoux-fleurs  tels  que des pensées aux pierres précieuses colorées, mais aussi des roses de rubis ou de diamants  comme des feuilles pouvant être en émail guilloché ou transparent …… la première histoire illustrée de la Maison Oscar Heyman &Bros  se révèle au fil d’un beau-livre qui  fait ses débuts au Musée des Beaux-Arts de Boston.

 

oscar-heyman-the-jewelers-jeweler-more on exclusivebijoux.com

Marjorie Merriweather Post brooch, 1929 Oscar Heyman Bros for Marcus & Co., Museum of Fine Arts, Boston

 

Sans avoir à expliciter le titre du beau-livre : « Oscar Heyman :  Jeweler’s Jeweler » à paraître  mi- avril aux éditions du Musée des Beaux-Arts de Boston, c’est une myriade de grandes Maisons joaillières américaines qui vient à l’esprit lorsqu’ on se penche sur cette entreprise familiale de troisième génération.

Depuis l’ouverture de leur premier atelier en 1912 à New York, où les frères fondateurs, Oscar et Nathan ayant quitté l’Europe après avoir été  engagés comme apprentis de leur oncle d’Ukraine concevant des joyaux pour le joaillier à la cour russe Peter Carl Fabergé. Bientôt rejoints par l’ensemble de la fratrie  pour répondre à une demande croissante. Au point d’ obtenir une liste de clients impressionnante où s’affichent les  illustres noms de Cartier, Tiffany & Co, Harry Winston, Van Cleef &Arpels, Crump & Low et Black et Star & Frost. Éblouis par leur sens artistique, leur audace mais aussi leurs compétences techniques européennes hors-pair, conjugués à un haut degré de sophistication technologique et des matériaux de la plus haute qualité.  Avec ce goût immodéré et cette habileté peu courante à utiliser le platine, un matériau si difficile à travailler et si nouveau à une époque où l’on préfère l’or.

 

 

oscar-heyman-the-jewelers-jeweler-more on exclusivebijoux.com (2)

Brooch or pendant, about 1929, Oscar Heyman Bros., retailed by Raymond Yard, Neil Lane Collection; mixant des éléments du style Art Déco et de la période Edwardienne comme illustration de l’audace précoce qui souffle sur la Maison Oscar Heymans and Bros

 

Bien que l’entreprise  avec cette capacité  à prendre en charge en interne toutes les étapes de la production du dessin à la pièce finie tout en devançant les modes et les tendances ait préféré cultiver la discrétion aux yeux du grand public.  Avant que ces visuels mais aussi ces documents d’archives inédits comprenant 15 croquis dont ceux de bijoux ornementaux de la Seconde Guerre Mondiale – comme des broches figurant l’aigle américain – mais aussi celui du collier mythique crée en 1956 pour être offert par Michael Jackson des décennies plus tard à Elisabeth Taylor  n’illustrent ce beau livre écrit par Yvonne J. Markovitch, Rita J. Kaplan et Susan B. Kaplan (conservateur émérite du Musée des Beaux – Arts de Boston ) et Elizabeth Hamilton (écrivain, chercheur indépendant, diplômé de Parson New School for Design/ Cooper-Hewit National Design Museum)  levant le voile intégral sur le talent d’une famille à l’inverse,  très connue des joailliers. Pour permettre à chacun de plonger dans un patrimoine, décennie par décennie jusqu’à la fin du XX ème siècle. Et comprendre l’une des influences dans l’histoire de la joaillerie américaine au gré d’une sélection de 70 pièces maîtresses uniques. Dont l’héritage se perpétue aujourd’hui dans la modernité à travers la marque éponyme sise Avenue Madison à New York,  avec comme descendant en ligne directe et collatérale, Tom Heyman.

oscar-heyman-the-jewelers-jeweler-more on exclusivebijoux.com

Necklace, designed 1970s, manufactured 1980s, retailed by Robe-Rose Jewelry, Jean S. and Frederic A. Sharf Collection; conçu en guise de commémoration à la participation de la Maison Oscar Heyman à la Foire Internationale de New York York en 1939; n’ayant pas exposé à celle de 1964

 

Caroline Bigeard-Duchatel

Caroline Bigeard
Caroline Bigeard
Éditrice de Bijoux et Consultante Haute Joaillerie; Jewels Editor and Jewelry Consultant
Articles récents
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

Emerald House- 2017- more on exclusivebijoux.comBuccellati- 2017- more on exclusivebijoux.com