Focus – Les détails du diadème Sveva qui entre dans le patrimoine de la Maison Damiani se dévoilent….. avec précision

Focus – Les détails du diadème Sveva qui entre dans le patrimoine de la Maison Damiani se dévoilent….. avec précision

Actualités bijoux- Le diadème Sveva est un chef d’œuvre de la Maison Damiani, dont il enrichit le patrimoine. Dévoilé le 22 février 2016 en Russie. Il apparaît sur le devant de la scène parisienne. Pour l’ouverture officielle de la boutique, Place Vendôme, de cette grande marque de joaillerie italienne. Le 26 septembre, date anniversaire du Prince Nicolas Romanov marié à la Comtesse Sveva Della Gherardesca, en mémoire desquels cette pièce  muséale a été conçue.  Un dialogue avec leur petite- fille Nicoletta Consolo Romanov et Silvia Damiani s’instaure autour de ce joyau, nouvellement créé. Détails.

 

 

 

diademe-sveva-damiani-paris-septembre-2016-more-on-exclusivebijoux-com-

Damiani : Diadème Sveva; copyright damiani; actualités bijoux

 

 

Une œuvre destinée à faire rayonner les liens étroits entre la Russie et l’Italie

 

Silvia Damiani co-présidente de la Maison éponyme se fascine pour la Collection des Romanov, lors de ses études de gemmologie. Et ne cesse de garder en mémoire, le faste et la splendeur des ornements de la Cour Impériale de Russie, dont  plus précisément des images de bijoux cousus sur des costumes exposés au musée de l’Ermitage. Là même, à Saint-Pétersbourg, dans cette ville construite par des architectes italiens. D’où cette volonté de matérialiser la  relation préexistante entre ces deux pays, qui mûrit lentement dans l’esprit cette fervente admiratrice de l’Art Russe, à la tête de cette grande marque de joaillerie basée à Valenza. L’idée n’est pas de plagier. Mais de créer un joyau unique, authentique, qui reflète l’âme slave avec une autorisation, une permission légale. Celle-ci sera donnée par Nicoletta Romanov, petite-fille du Prince Nicolas Romanov, grand-neveu du dernier Tsar de Russie en ligne collatérale, prétendant officiel au trône. Les faits et les circonstances  qui précédent la création du diadème Sveva se bousculent. Nicoletta Consolo Romanov nait à Rome d’un père italien et d’une mère italo-russe. Devenue star de cinéma en Italie, elle dessine des bijoux lorsque son emploi du temps le lui permet, depuis des études menées, à la célèbre Parsons School of Design à Paris, après son Baccalauréat.

 

Une source d’inspiration russe

 

Participant conjointement à l’organisation de grandes fêtes de famille organisées à Saint-Pétersbourg, à l’occasion de l’anniversaire de la mort du Tsar, pour maintenir aux côtés de son grand-père, des liens étroits avec les autres membres de la famille dispersés dans le monde depuis la Révolution, la collaboration avec la Maison Damiani semble scellée à l’avance. Le choix du bijou, comme élément intégral de la parure à créer, est tout aussi évident. Depuis 60 ans, Nicoletta Romanov conserve précieusement le diadème en cire, dans laquelle ont  été plongées des fleurs d’oranger fraîches, retenant un long voile de tulle, que portait sa grand-mère la comtesse Sveva della Gherardesca, descendante de l’une des plus anciennes familles de la noblesse italienne, lors de son mariage le 31 janvier 1952, en l’église orthodoxe de Cannes. Refusant de déposer une quelconque once de métal sur sa tête, le choix des matériaux naturels  s’imposaient. Or si la fabrication de ce type de tiare dans cette composition particulière, était très  prisée au début du XX ème siècle par les futures épouses, pour représenter par leurs feuilles un gage d’amour éternel, par leurs fleurs la pureté et, par les fruits l’espoir d’une descendance abondante, la forme de celle de la Comtesse Sveva était d’inspiration russe. Avec un grand arc circulaire central se terminant par une double spirale, rappelant les kokoshniks  (coiffes traditionnelles russes ) qui avaient ébloui les Cours royales d’Europe dès 1900.

 

Un savoir-faire italien

 

Le sujet arrêté, la Famille Damiani dans une collaboration sans précédent avec Nicoletta Romanov entreprend de mener pendant plus de deux ans,  des études préparatoires. Afin de parvenir à conserver les contours initiaux du diadème de la Comtesse Sveva della Gherardesa  érigé en modèle, tout en allégeant son design de façon contemporaine. Sans négliger  une armature  légère qui se réduit à de simples fils d’or souples, agrémentées d’un cordon tressé en soie naturelle. Une fermeture à l’arrière, avec de fines chaines d’or. Laissant éclater une dentelle  composée de motifs floraux représentant des fleurs d’oranger épanouies, des bourgeons fermés et des feuilles en mouvement. Dont la difficulté pour ces dernières aura été d’imaginer, les différentes directions à donner pour impulser du rythme à la composition, dans une harmonie avec l’ impression de vie née des lignes spiralées. Sous la texture de près de 500 grammes d’or  conçu sur-mesure. Avec une moins grande proportion de cuivre que celle utilisée pour concevoir de l’or rose. Dans le but d’obtenir une couleur inédite de métal précieux blanc crème, en concordance parfaite avec le lustre des 83 perles d’Akoya,  sélectionnées avec soin pour leurs petits diamètres. Rehaussés  de 4 500  diamants de coupes marquise et rond ou pavés, qui éblouissent par leur si délicate mise à jour. Déployant une   lumière radiante. Pour transmettre l’émotion  d’une pièce de joaillerie, dont le nom attribué se dispense d’explication.  Au caractère extraordinairement romantique. Ayant nécessité 6 mois de conception.

 

Caroline Bigeard-Duchatel

Caroline Bigeard
Caroline Bigeard
Éditrice de Bijoux et Consultante Haute Joaillerie; Jewels Editor and Jewelry Consultant
Articles récents
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

suzanne-syz-pad-london-2016-more-on-exclusivebijoux-comnoor-fares-opal-jewels-september-2016-more-on-exclusivebijoux-com_-1-3