Le diadème de la Reine Elisabeth de Belgique signé Cartier Paris s’expose au MAS jusqu’au 14 janvier 2018

Le diadème de la Reine Elisabeth de Belgique signé Cartier Paris s’expose au MAS jusqu’au 14 janvier 2018

Actualités bijoux – La  bannière est explicite . « A Anvers nous parlons diamant – Anvers capitale du diamant depuis 1447 ».  Elle rappelle en grandes pompes les liens qui unissent Anvers au diamant depuis 570 ans, accompagnée d’ une programmation riche en événements et festivités dont une exposition au MAS intitulée : « L’éclat du Désir  ».  Le propos, on le devine, est de dévoiler comment les désirs se transforment en diamants. La sélection plus hétéroclite lève le voile sur des œuvres contemporaines de Berlinde de Bruyckere, Jan Fabre, Philippe Aguirre y Otegui, Sobuth Gupta et Tierry de Cordier. Mais fait  aussi la part belle à des pièces joaillières de provenance royale, tel l’anneau de Marie de Bourgogne reçu en 1477 de Maximilien d’Autriche considérée comme la première bague de fiançailles documentée avec des diamants ou des broches ayant appartenues à l’impératrice Elisabeth D’Autriche dont surtout et  le diadème de la Maison Cartier acquis par la Reine Elisabeth de Belgique. Focus.

 

 

Tiara Cartier 1910- Mas Antwerp - more on exclusivebijoux.com

Diadème Cartier (1910) de la Reine Elisabeth de Belgique; copyright MAS; actualité bijoux

 

Ce diadème de style guirlande, orné de diamants ronds taille ancienne sertis « à grain » (c’est-à-dire avec des grains dégagés  pour maintenir les gemmes)   et  d’un diamant central de forme coussin, le tout monté sur du platine  (ce métal très souple et résistant permettant de créer  des montures d’une grande finesse et légéreté très prisé en ce début de siècle)   fût crée en 1910 par la Maison Cartier –Paris.

Acquis en 1912 par  le Roi des Belges Albert Ier et par la reine Elisabeth (née duchesse de Bavière : 1876- 1965),  on apprend d’après le journaliste Pierre Nizet, que ledit  diadème aurait été volé par les Nazis lors de la seconde guerre mondiale, puis retrouvé dans le coffre d’une banque à Berlin. Avant d’être ramené à Moscou par  un général soviétique qui l’ayant remis à Nikita Khrouchtchev  le restitua à la reine Elisabeth pour qui il avait beaucoup d’estime. L’histoire s’enchaîne.  Au décès de cette dernière, il est  transmis à la Princesse de Réthy (née Liliane Baels : 1916-2002) seconde épouse du Roi Leopold III. Propriété de celle-ci, il sera revendu chez Christies en 1987 et acquis par la Maison Cartier  , au grand dam du Roi Baudouin et de la Reine Fabiola qui n’avaient  pas été tenu au courant de cette mise en vente.

Faisant désormais partie du patrimoine de la Maison Cartier, il s’affiche aujourd’hui à Anvers grâce au soutien du groupe Dali Diamond ( Sightholder de De Beers et membre d’Alrosa Alliance basé à Anvers) , et de son associé Rubel & Ménasché ( l’un des principaux diamantaires,  des grandes maisons de haute joaillerie à Paris, spécialisé dans la production du taillé )  suite à la proposition du AWDC ( Antwerp World Diamond Center  Foundation )  et de cette ville des Flandres, en guise de valorisation et de soutien à l’ensemble de la chaine du diamant. Brillant.

 

Elisabeth-of-Belgium- Tiara - Cartier 1910- Antwerpen -more on exclusivebijoux.com

Reine Elisabeth de Belgique portant le diadème de la Maison Cartier 1910- MAD Antwerpen; actualité bijoux

 

 Exposition : Dazzling Desire ou L’Eclat du Désir
Jusqu’ au 14/01/18
De 10h à 17h du mardis ou vendredis @visitantwerpen.be.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du MAS Anvers 

Caroline Bigeard
Caroline Bigeard
Éditrice de Bijoux et Consultante Haute Joaillerie; Jewels Editor and Jewelry Consultant
Articles récents
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

World record auctions Fancy Pink Diamonds - Sothebys- more on exclusivebijoux.comTop 10 - Diamonds in auction 2017- more on exclusivebijoux.com